Socco
Slaïki, Tanger, 2015
106 pages, 7 euros, 70 dirhams
13×21 cm
Dépôt légal : 2015MO1869
ISBN 978-9954-8534-1-2

Acheter Socco sur Amazon

extraits
A droite des escaliers, une petite rue vous conduit dans le ventre ténébreux du quartier de Beni Idder, où un dédale de rues en fibrilles saurait vous perdre. L’antre tourmenté de Tanger qui vous évoque tant les sombres entrailles entremêlées de la médina de Fès. Fleurs d’humidité s’accrochant aux murs et aux belles façades délabrées, pavés descellés où logent des flaques d’eau croupie, volets écaillés de guingois et enfants démunis pleurant devant un grand frère placide. Placette d’ardoise minérale où deux adolescents dans un rayon de soleil vous regardent avec défiance. Quelques artisans survivent ici et voilà une bouffée de l’odeur du vernis sur une planche de pin, le parfum de propreté d’un pressing, la fragrance du piment dans les sardines en tagine… Les bas de Beni Idder constituent l’autre face de la pièce qui s’est jouée jusque-là. A l’entrée du quartier, néanmoins, une invitation inopinée de ses charmants propriétaires vous permettrait de visiter le petit palais qui avait été la Délégation du Royaume de Suède avant d’être habité par le peintre Jose Tapiro, quand il séjourna à Tanger, où il imagina ses superbes toiles dans l’esprit colonial.

En remontant vers le Petit Socco, rue des Postes, une fenêtre ouverte de l’une des pensions vous offrira la vue furtive et volée du large dos musclé et sensuel d’un des Noirs africains candidats à l’émigration clandestine, moitié nu dans sa chambre éclairée d’une ampoule suspendue, rangeant une armoire qui n’est pleine que de désolation. Son dos sculpté marquera votre mémoire dans une étrange impression amère et belle cependant, de cruauté et d’innocence. Dans les sombres rues de la médina sourd la vie dans toute sa complexité.

Une grappe fumante d’hommes jeunes et dépenaillés, assis ou accoudés aux balustrades et enlacés presque, vous toise d’une hauteur que vous ne soupçonniez jamais pouvoir être atteinte !

résumé
Philippe Guiguet Bologne invite son lecteur à une visite personnelle et intime de la vieille ville de Tanger et de ses abords directs. Il le prend par la main pour entrer dans les monuments de la médina ou les grandes maisons privées, lui fait rencontrer artistes, personnalités et mondains d’hier et d’aujourd’hui, dévoile des recoins magiques, perd son lecteur au détour d’une rue pour le retrouver sur une placette, partage sans compter sa passion et ses émotions pour sa ville d’adoption depuis un quart de siècle.

se procurer le livre
L’édition originale de Socco est disponible à Tanger aux Insolites, à la librairie des Colonnes, au Cercle des arts et à la Virgule, ainsi que dans de nombreux points de vente (autres librairies, points presse, galeries, maisons d’hôtes, boutiques…)
Pour le reste du Maroc, la France et l’étranger, nous vous conseillons de le commander directement sur Amazon en cliquant sur ce lien.